Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/09/2009

Le TEC/SRWT : urbanisme et modernité ?

1.    Modernité et discrimination.
Alors que toutes les sociétés belges de transport en commun (SNCB, de Lijn, STIB) mettent à disposition en différents lieux des distributeurs de titres de transport accessibles en tous temps (en sus d’ « aubettistes » présents à certaines heures), le TEC/SRWT ne présente pas de tels équipements à la clientèle sporadique (touristes) ou habituelle.

www.gtf.be

 



Le TEC parait négliger les apports des technologies modernes au service des clients. Ces distributeurs ont les avantages d’être multilingues et « commerciaux » !Tant il est vrai que le respect de ce dernier et la non-discrimination rapprochent ! Comment expliquer une telle situation sinon par une crainte du management vis-à-vis de groupes de pression ?
Le TEC est donc la seule société de transport auprès de laquelle il n’est pas possible d’acquérir en soirée, ou le dimanche, ou parfois en période de vacances une carte de voyages à prix réduit. Il y a donc discrimination manifeste vis-à-vis des voyageurs obligés ou des touristes.
Ces aubettes-guichets seraient titularisées. En l’absence du titulaire, l’aubette est fermée : il en serait ainsi en période de vacances (ex : l’important carrefour du Pont d’Avroy : le client n’a qu’a faire de la marche…)
Aucune des grandes villes Mons, Tournai, Charleroi, Namur, Liège, Verviers, Eupen, Wavre ne parait équipée de distributeur automatique !
En attendant une évolution conforme, il convient donc que les chauffeurs délivrent les titres de transport à prix réduits (carte zonal et de voyages) en dehors des heures d’ouverture des « aubettes » (après 18h et les dimanches et jours fériés) !

2.    Urbanisme.
Alors que toutes les sociétés de transport en commun d’Europe font des efforts pour mettre les sites en valeur en plaçant du mobilier urbain pratique et de bel aspect, le TEC développe – particulièrement en région liégeoise – le règne des implantations de vieilles aubettes, de containers, de locaux préfabriqués et même de WC de chantier du plus mauvais aloi !
Quelques exemples :
-    Place République française, alors qu’il existait un « kiosque Bellens » qu’il eut suffit d’acquérir et de moderniser
-    Place St Paul,
-    Le Pont d’Avroy/St-Gilles dont la rénovation vient de se terminer, mais en absence de mobilier urbain suffisant. Les aubettes placées non loin sont vieillies et dépareillées !
-    La gare d’autobus de l’esplanade des Guillemins : le « point d’entrée » de Liège : même un éclairage sécurisant  y est absent !
-    Jemeppe
-    …
On voudrait un TEC mieux intégré dans l’urbanisme de la ville, respectueux du client et des habitants, de l’environnement, et procurant des conditions sanitaires modernes à ses collaborateurs, plutôt qu’un TEC…Etat dans la région !
La SRWT (entreprise publique) pourrait participer au concours annuel du prix de l’urbanisme : le « prix citron » ?

Un exemple de modernisme atteignable : Mulhouse !

Tourisme et dégradation.
La rénovation du rond-point Grétry s’est accompagnée le l’enlèvement des balustrades en pierre pour donner sans doute une image de « transparence ». C’est sans compter avec la myriades de bus qui stationnent au plus près d’un distributeur (Tec) de café (au lieu d’atteindre le terminus convenu) et qui dégradent gravement, de ce fait, ce qui fait office de trottoir, puisque non conçu pour accueillir une telle charge ! Difficile pour un touriste de saisir la vue du Théâtre !

3.    Le titre de transport unique d’abord au …sein du TEC ?
Dans la presse quotidienne, il est de bon ton d’évoquer périodiquement la problématique du titre de transport unique pour toutes les sociétés belges de transport en commun. Les années 2015 sont souvent évoquées ! Il s’agit là d’une certaine manière le « monstre du Loch ness ».
Récemment nous nous sommes rendus respectivement à Gand et à Ostende. Nous avons été agréablement surpris de constater – en confirmation – que la même carte (à prix réduit) de « de Lijn » était valable dans ces deux villes, pourtant pour des distances totalement différentes : à Gand, en tarif urbain, à Ostende, en tarif zonal pour se rendre à La Panne !
Il y a donc une différence manifeste d’approche de la problématique tarifaire et de l’usage des équipements oblitérateurs entre « de Lijn » et le TEC. Et pourtant, on ne le sait pas assez, les appareils proviennent des mêmes constructeurs…
Avant de tenter de mettre d’accord des sociétés appartenant à des régions et des pouvoirs différents, il conviendrait qu’une étape soit franchie au sein de la SRWT : les équipements modernes et les logiciels informatiques permettent sans aucun doute une comptabilité analytique adéquate au sein d’un même groupe.
Pourquoi, diable, y-a-t-il une différence entre une carte zonale et une carte de voyages urbains (la base d’une décrémentation de la somme acquise permet d’évoluer, et il est indispensable de SIMPLIFIER les multiples tarifs et titres de transports !

à suivre sur le site du GTF www.gtf.be

11:25 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tec, srwt, gtf

Les commentaires sont fermés.