Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2009

SNCB/SNCF : Tarifs des relations transfrontalières

Stefaan De Clerck, Rudy Demotte et Martine Aubry représentant l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai avaient annoncé que le premier chantier de la nouvelle structure transfrontalière serait d'uniformiser le prix du ticket de train entre la France et la Belgique et de créer plus de dessertes entre Lille, Tournai et Courtrai.


Un accord devrait aboutir sur les tarifs avec la SNCF et la SNCB avant le 1er janvier 2010. Aussi, une liaison directe entre Tournai et Courtrai devrait être mise en place.
À titre indicatif, après le 1er janvier 2010, le prix d'un aller simple Tournai-Lille (30 km) passera à 4,50 €. Actuellement, ce ticket coûte 7,40 € s'il est acheté à Lille et 8 € s'il est acheté à Tournai (!) ça dure entre 17 et 29 minutes. En voiture : il faut débourser 3 € pour le carburant. R pour en moyenne 26 minutes. En 2009, il y a en moyenne 30 voyageurs par train. Raison du prix actuel : l'existence de la (vieille) taxe sur le franchissement de la frontière !! "Si cette taxe n'existait pas, on serait dans des prix totalement acceptables", rappelle Martine Aubry, maire de Lille.
Stefaan De Clerck : «Ce n'est plus acceptable de demander un supplément pour passer la frontière. C'est du passé, il faut laisser tomber. L'objectif : un tarif «comparable aux tarifs nationaux», pour le 1er janvier 2009.
La fréquence ensuite : Stefaan De Clerck annonce des liaisons «toutes les demi-heures». La rapidité, enfin : il y aura «moins d'arrêts» assure Martine Aubry, la durée reste à discuter, mais le but c'est d'être «plus efficace. Si ces trains devenaient de véritables RER, on pourrait construire la ville du 21ème siècle».
Cette opération visant notamment à faire baisser les tarifs dans l'Eurométropole, à créer plus de dessertes et à établir une ligne directe entre Tournai et Courtrai, devrait provoquer un boum du tourisme et inciter demandeurs d'emploi et travailleurs à passer de l'autre côté des frontières, nationales et linguistiques.
Stefaan De Clerck dit qu'il reste à trouver un nom à ce «train transfrontalier». L'Eurométropolitain, c'est long, le Transflandrien, ça risque de chatouiller les Wallons.
L'opération coûterait un million d'euros à la SNCF et à la SNCB, "mais cela peut être très facilement amorti par l'augmentation du trafic", note Martine Aubry. (Sources : La DH/La Libre, Lillemétropole)

www.gtf.be

Les commentaires sont fermés.